Blog

MON DICTIONNAIRE SUBJECTIF DE L'ALPHABET : S

February 20, 2022

Paget / von Harbou / Lang / Brauner / Hubschmid / Robert / Daney / Fellini / Hawks / Bethmann / Harlan / Barthes / Ossola / Rimbaud / Desnos / Tazartès / Rahls-Frisius / Frisius

La danse hindoue de Seetha (jouée par l'Américaine Debra Paget) devant un cobra érigé et menaçant, ici hors-champ, qu'elle doit charmer de ses gestes pour éviter d'être mortellement piquée, une épreuve que lui imposent les prêtres comme « jugement de Dieu » -  en l’occurrence de la déesse Kali - , est un grand moment érotique du cinéma populaire, et un des points culminants de l'adaptation en deux films (Le Tigre du Bengale, Le Tombeau hindou, 1959) d'un vieux roman de Thea von Harbou par son ex-mari Fritz Lang. Produit par Artur Brauner et tourné partiellement à Berlin, le film, en deux époques comme on disait alors, est parlé en allemand et pour cela Paget a du être doublée. Longtemps, les cinéphiles français n'ont vu le film qu'en version française, et donc connu le personnage de l'architecte européen qui tombe amoureux de Seetha, joué par Paul Hubschmid, que sous le nom francisé de Mercier, alors que dans la V.O. allemande il s'appelle Berger. Dans la notice française du film sur Wikipedia, je souris lorsque je vois détailler les « inexactitudes » culturelles du film sur les mœurs indiennes, les pratiques et les rites : il est tellement évident pour moi, depuis le début, que c'est du folklore, du mythe et de l'imagerie, mais lesquels ! ...

read more

MON DICTIONNAIRE SUBJECTIF DE L'ALPHABET : R

February 06, 2022

Lefranc / Lebrun / Constantine / Viterbo / Cheyney / Fassbinder / Lommel / Godard / Tarkovski / Robert et Geneviève Fléchelle / Clay / Cordy / Shanklin / Rouzaud / Piaf / Tanyah Constantine / Lemmy Constantine / Stéfanie / Nabokov / Laurel / Hardy / Jacques Chion / Besson / Piaf / Brassens / Dumont / Vaucaire / Nolan / Brel / Pascal / Stark / Mathieu / Cabral / Moustaki / Monnot / Schaeffer

Dans Laissez tirer les tireurs, réalisé en 1964 par Guy Lefranc sur un scénario de Michel Lebrun, Eddie Constantine (ci-dessus avec Patricia Viterbo, qui lui a demandé de remonter la fermeture éclair de son bustier) ne joue pas son personnage mythique de Lemmy Caution, l'agent du FBI imaginé par Peter Cheyney, mais un héros proche de son emploi habituel, celui d'un détective américain amateur de jolies filles, ici nommé Jeff Gordon. Il faut croire que les films d'Eddie Constantine, populaires à leur époque mais indifférents aux cinéphiles, sont devenus branchés, car la chaîne Arte en a diffusé quelques-uns dans une copie dite restaurée (dans de nombreux cas, comme ici, cela veut dire une copie dont on a exagéré numériquement les contrastes et les détails, afin que les gens soient contents de leur grand écran plat), et mon frère m'en a copié deux ou trois. C'est du cinéma de « samedi soir » comme on disait, plaisant, bénéficiant du charisme énorme de l'acteur, mais ici écrit un peu bêtement. Le titre allemand est savoureux : « Eddie, wenn das deine Mutti wüßte ! », « Eddie, si ta maman savait ça ! » Constantine était alors très populaire en RFA, un pays où plus tard Fassbinder et Ulli Lommel, notamment le feront tourner, où il s'installera et où il est mort en 1993. ...

read more

MON DICTIONNAIRE SUBJECTIF DE L'ALPHABET : Q

January 23, 2022

Hitchcock / Truffaut / Mattson / Bergman / Lindblom / Thulin / Dolto / Rabelais / Hallyday / Thibault / Renard / Queneau / Gardner / Stendhal / Renard / Gide / Goncourt / Levi / Céline / Malle / René et Hélène Chion / Proust / Demongeot / Raichi / Marlier / Noiret

Que veut dire ce tableau ? Si vous avez lu le billet de mon Dictionnaire Subjectif de l'Alphabet consacré à la lettre N, vous avez une clé pour répondre : c'est un alphabet comme le nôtre, mais où « manquent » si l'on peut dire, les lettres Q et W (en fait elles n'y manquent pas, simplement elles n'y sont pas, alors que des A et O majuscules avec signes diacritiques s'ajoutent en fin de liste). En effet, c'est la représentation des jetons du jeu de scrabble en suédois, avec la valeur des lettres dans cette langue. En résumé, comme il y avait no-L dans la carte de vœux de Hitchcock envoyée à Truffaut, dans ce cas il y a no-Q. Ici, rire gras des septuagénaires et des octogénaires comme moi qui se souviennent que dans les années 50-60, « film suédois » voulait dire souvent « film de Q », en raison de la présence dans quelques-uns - à qui cela valait de pouvoir faire une carrière mondiale dans les salles spécialisées - de fugitives et généralement saines nudités féminines. Des nudités du genre « jeunes gens en été s'arrosant joyeusement au soleil dans les eaux d'un lac », comme dans Elle n'a dansé qu'un seul été, 1951, réalisé par Arne Mattson, et bien sûr le magnifique Monika, 1953, d'Ingmar Bergman (voir à propos de ce film mon blog Sans visibilité, chapitre 19, d'avril 2021). Si Le Silence, du même réalisateur en 1963, a fait beaucoup plus scandale, c'est parce que la sexualité, portée par les deux sœurs que jouent si sensuellement Gunnel Lindblom et Ingrid Thulin, y semble urbaine et dépravée. ...

read more