Biographie

Michel Chion

Né le 16/01/1947 à Creil (Oise, France)

Michel Chion
photo: Philippe Lebruman

Marié à Anne-Marie Marsaguet, productrice; habite Paris.
Auteur de musiques concrètes, de livres et de films; chercheur indépendant; enseignant.


Compositeur de musique concrète (qu'on appelle aussi "musique acousmatique"), il a créé à ce jour une quarantaine d'oeuvres pour sons fixés sur support audio - certaines de grande dimension, dont un Requiem et plusieurs pièces dramatiques, des suites, symphonies, etc...

A partir de 1970, il invente ses propres techniques ("défilement contrarié", "crayonné") pour utiliser de façon créative le magnétophone à bandes, qui - combiné, ou non, avec l'ordinateur - demeure son outil privilégié de travail.

En 1990, il publie le manifeste L'Art des sons fixés, un essai où il rétablit une définition fondamentale et spécifique du genre de la musique concrète. Cette redéfinition, fondée sur la fixation du son et notamment des durées et des silences. est ouverte à toutes les esthétiques, mais libérée de tout technicisme et de tout causalisme (ségrégation entre les sons qui se voudrait fondée sur leurs causes réelles).

Il a écrit également trois ouvrages et de nombreux textes (articles, numéros de revues, dictionnaires, etc.) sur les autres compositeurs du genre, aînés ou plus jeunes.

Lionel Marchetti a consacré à sa musique un essai, La musique concrète de Michel Chion (1997)


Réalisateur, M.C. a dirigé plusieurs courts-métrages, dont Eponine (Prix Jean-Vigo et Grand Prix de Clermont-Ferrand en 1984), et une Messe de terre, vidéo de 150 minutes créée en 1996.

Depuis 2012, il a entrepris une nouvelle série d'oeuvres de musiques concrètes, et de films (dont un long-métrage de fiction), destinée à composer avec ses réalisations antérieures une seule oeuvre intitulée le Boustrophédon, qui devrait totaliser 24 heures et être achevée vers 2020. La vie humaine y sera célébrée dans son ici-bas non héroïque et ses dimensions apparemment contradictoires, dans le flux et le reflux de son dynamisme et de ses élans, son "indiscontinuité" faite de découragements et d'envols.


Comme l'écrit Christiane Sacco à propos de ses oeuvres:

"C'est de vie qu'il s'agit. Du vivant, en chair et en esprit. Et cela n'a pas de sens précis, si ce n'est que c'est humain, réellement. Réaliste dirons certains."

Ecrivain et historien, M.C. a écrit, outre les textes et poèmes de plusieurs de ses oeuvres musicales, une trentaine d'essais traduits en de nombreuses langues, sur la musique concrète, la musique romantique et moderne, le cinéma, et les deux disciplines qu'il appelle "audio-logo-vision" et "acoulogie".

Ses essais sur des auteurs de cinéma tels que Tati, Chaplin, Tarkovski, Kubrick, Malick et Lynch (deux metteurs en scène vivants auxquels il a été le premier à consacrer un volume) visent à souligner la part de doute, d'instabilité, dans ce statut d'auteur, et à montrer comment chacune de leurs oeuvres s'inscrit dans une trajectoire qui n'est pas linéaire.


Chercheur indépendant, M.C. poursuit l'étude scientifique des effets audio-visuels, et de l'écoute du son entendu ("auditum"). Il a créé un certain nombre de concepts analytiques et descriptifs originaux (voir sur ce site les textes "AUDIO-LOGO-VISION" et "ACOULOGIE ELEMENTAIRE"), fondés partiellement sur les travaux de Pierre Schaeffer, mais aussi de Maurice Pradines.

Il montre comment l'audio-vision est une "audio-division", et il propose une "re-division sensorielle" abandonnant les catégories classiques d'image, de son, de cinq sens, etc...

Parmi les publications en projet, figurent un Livre des sons, une célébration (inventaire de mots et de textes sur les sons dans plusieurs langues, et à travers l'histoire), et une Chronologie du cinéma verbal et sonore depuis 1895 (financée par une Bourse du Wissenschaftskolleg de Berlin, durant l'année 2014-2015), ainsi qu'une republication (en cours) de textes devenus introuvables.


Enseignant indépendant à temps partiel, Michel Chion est notamment intervenu au CNSM, IDHEC, Paris 3 Sorbonne Nouvelle, à l'Esec, au DAVI de Lausanne, à Musiques et Recherches, à l'Université de Buenos-Aires (dont il est Professeur Honoraire), et donne de nombreuses conférences dans le monde sur l'"audio-vision". Il a été invité en 2011-2012 par l'IKKM de l'Université du Bauhaus à Weimar.


Parmi les personnes que Michel Chion a rencontrées et dont l'exemple vivant, le soutien, les remarques et l'apport ont été précieux pour son travail, il peut citer entre autres René BASTIAN, Jérôme BLOCH, Robert CAHEN, Gustavo COSTANTINI, Philip K. DICK, Françoise DOLTO, Denis DUFOUR, Silvio FISCHBEIN, Rudolf FRISIUS, Pierre GINZBURG, Claudia GORBMAN, Christine GROULT, Lionel MARCHETTI, Michel MARIE, Anne-Marie MARSAGUET, Mireille MAYEREAU, Reinhart MEYER-KALKUS, Kostia MILHAKIEV, Geoffroy MONTEL, Walter MURCH, Jérôme NOETINGER, Christiane SACCO, Pierre SCHAEFFER, Larry et Diane SIDER, et Annette VANDE GORNE, ainsi que les associations et labels Réseaux (Montréal), Brocoli et Motus.


août 2014


CHRONOLOGIE

1963-1971: Etudes musicales aux Conservatoires de Versailles et Paris 1964-1970: Etudes littéraires (lettres modernes et classiques) à l'Université de Paris-Nanterre.

1971-1976: Membre du Groupe de Recherches Musicales (d'abord GRM de l'ORTF, ensuite Ina-Grm), où il est successivement assistant de Pierre Schaeffer au CNSM de Paris, producteur et réalisateur d'émissions radio, et responsable des publications (Programmes, revue du GRM)

1973: REQUIEM, musique concrète composée en 1973 (Grand Prix du Disque de l'Académie du Disque Français, 1978)

1976-1981: Ecrit plusieurs centaines d'articles (musique classique et contemporaine) pour le Larousse de la Musique dirigé par Marc Vignal; premiers cours sur le son au cinéma à l'Idhec

1981-1986: Membre de la rédaction du mensuel Les Cahiers du Cinéma, comme critique et essayiste. Il publiera plusieurs ouvrages dans la maison d'édition créée par les Cahiers.

1982: LA VOIX AU CINEMA, essai, traduit en plusieurs langues, introduit le concept d' "acousmêtre".

1983: EPONINE, film de court-métrage (Grand Prix du festival de Clermond-Ferrand, Prix Jean Vigo 1984, Prix du Festival de Montréal)

1984: LA TENTATION DE SAINT ANTOINE, mélodrame concret d'après Flaubert

1990: L'AUDIO-VISION, essai, reste son ouvrage le plus traduit et le plus influent.

De 1990 à 2012: Professionnel Associé, enseignant à l'Université Paris III Sorbonne Nouvelle (département Cinéma) et à l'Esec. Il sera invité de nombreuses fois par l'Université de Buenos-Aires, le School of Sound de Londres, l'Ecole des arts de Lausanne, pour des formations, des séminaires et des conférences.

1995: LA MUSIQUE AU CINEMA, essai, reçoit le Prix du Meilleur Livre de Cinéma, décerné par le Syndicat Français de la Critique de Cinéma.

1996: LA MESSE DE TERRE est créée à Locarno au Festival d'art-vidéo, où elle reçoit un Grand Prix, et sera reprise à Buenos-Aires, Torino, Montréal, Bruxelles, Mons-en-Baroeul, et enfin Paris.

1998: publie LE SON, TRAITE D'ACOULOGIE, qu'il considère comme son ouvrage le plus important.

2000: MISSA OBSCURA est créée à Crest, grâce à Futura

2006-2010: Composition, grâce à Brocoli, de LA VIE EN PROSE, UNE SYMPHONIE CONCRETE

2010: FILM, A SOUND ART, traduction par Claudia Gorbman d'Un art sonore, le cinéma, publiée par Columbia University Press, reçoit le prix Richard Wall Memorial Award à New-York.

2012: Une année à l'IKKM de l'Université du Bauhaus à Weimar, dont il tire l'essai L'écrit au cinéma.

2013: Entreprend parallèlement les films, musiques, etc... destinés à compléter le BOUSTROPHEDON

2014: sorties de LA MESSE DE TERRE chez Motus (DvD), MUSIQUES CONCRETES, 1970-71 chez Brocoli (CD); commence son travail pour le Wissenschaftskolleg de Berlin. Commence plusieurs musiques nouvelles.