Course

RENTRÉE ACOULOGIA 2023

 

Cet automne, MICHEL CHION propose trois formations dans le cadre de ACOULOGIA.

L'une, toute nouvelle, est consacrée à La création des sons pour la musique concrète. Les deux autres, actualisées, portent sur la pratique des écoutes, Vivre avec les sons et sur l'audio-vision, Voir/Entendre le cinéma.

Chacune de ces formations se déroule sur deux jours consécutifs, le week-end, à Paris.

Elles s'adressent à tou·te·s, pour un bénéfice personnel, professionnel ou artistique. Aucun niveau de connaissance préalable n'est requis pour y participer, mais une sensibilité aux phénomènes visuels et sonores issue de l'expérience professionnelle ou personnelle est souhaitable. Elles peuvent être suivies aussi bien par celles et ceux qui sont venu·e·s dans les formations précédentes, que par de nouveaux participants.

MICHEL CHION a créé ACOULOGIA pour promouvoir la musique concrète et l’acoulogie, discipline où le son, seul ou associé au visuel, n’est plus seulement le symbole d’une harmonie perdue ou un « continent noir » de la perception, mais aussi un objet culturel à construire, ainsi qu’une réalité quotidienne avec laquelle nous vivons.

VIVRE AVEC LES SONS PAR LA PRATIQUE DES ÉCOUTES

SAMEDI 28 et DIMANCHE 29 octobre 2023

de 10h à 13h et de 14h à 17h

Que nous travaillions dans la musique, la création audiovisuelle ou un autre domaine, chacun de nous doit vivre avec les sons. Et sur eux nous pratiquons spontanément plusieurs écoutes, mais de façon sommaire et non cultivée : l'écoute de la cause (le son de quoi...), celle du sens quand il y a code ou langage (qu'est-ce qui m'est dit…), et l'écoute du son pour lui-même, que Pierre Schaeffer le premier a repérée, en la baptisant écoute réduite. Ces trois écoutes (causale, codale, réduite) ne sont cultivées que dans des cas spécialisés ou sur des sons particuliers, ceux par exemple des musiques traditionnelles. Cultiver l'écoute – ou plutôt les écoutes - de tous les sons, agréables ou indésirables, créés ou imposés, qui font notre vie, les repérer, les nommer, apprendre à associer ou à découpler ces écoutes, est un enrichissement propice à la créativité. Cette formation vise à en donner les bases.

Contrairement à sa réputation sévère, l'écoute réduite, que l'on fera pratiquer à travers une méthode originale reposant sur le trio « faire, entendre, nommer », n'est pas une ascèse inutile, mais le complément des deux autres.

Par ailleurs, nous vivons dans une ère où ce qu'on peut appeler la télé-acoustique (écoute des sons à distance dans le temps et l'espace) se superpose tous les jours à l'acoustique « naturelle ». Ces conditions d'écoute nouvelles, qui constituent notre réalité mais sont généralement peu étudiées dans leurs conséquences, seront abordées au cours de cette formation.

Celle-ci est ouverte à toutes les curiosités ; elle fera appel à des exercices faciles nécessitant pour chaque participant d'utiliser un enregistreur portatif (un téléphone mobile, par exemple).

Cette formation s’adresse à toute personne concernée par le son, dans sa vie et dans son travail intellectuel, artistique ou social, souhaitant approfondir son expérience personnelle ou professionnelle, en complétant ses connaissances pour développer sa pratique. Il s’agit de prendre conscience de la façon dont nous écoutons selon les contextes.

LA CRÉATION DE SONS POUR LA MUSIQUE CONCRÈTE

Samedi et dimanche 18 et 19 novembre 2023

de 10h à 13h et de 14h à 17h

Plus de cinquante ans de création de musiques concrètes, ainsi que d'activités comme producteur radio, programmateur et historien du genre, m'ont fait découvrir, mais aussi inventer et essayer toutes sortes de techniques pour créer les sons dans la perspective de la musique concrète (dite aussi acousmatique), une musique où ces sons sont la chair même de l'œuvre, sa matière. Ce sont ces techniques, dont certaines sont oubliées ou méconnues et dont d'autres ne sont pas transmises ou sont inédites, que cette formation veut transmettre par des documents et des exemples, cela afin d'enrichir une musique souvent timide devant l'acte de créer des sons. C'est dans ce but que j'ai créé la notion de « tournage sonore », qui dépasse celle de « reportage sonore » habituellement impliquée dans la notion de field recording.

Dans le tournage sonore, qui peut intervenir à toute étape de la composition, de nombreuses interactions et combinaisons sont possibles. Il suffit simplement de se libérer de certains critères et de notions abstraites comme la différence analogique/numérique, tout en utilisant les appareils, quels qu'ils soient, qu'on a à sa disposition.

Je puiserai largement dans mes propres compositions entre 1970 et 2020, dont les premières, ont été réalisées avec un matériel d'amateur, et les plus récentes sur ordinateur, mais présenterai aussi comme exemples, avec des documents inédits (notamment sur Pierre Henry), un choix d'œuvres de différents auteurs et différentes époques.

Des exercices pratiques, nécessitant d'apporter juste un appareil mobile de prise de son (un téléphone mobile, par exemple) seront proposés.

Ce stage, qui ne demande pas d’avoir une formation musicale classique, s’adresse aussi bien à ceux qui ont suivi la formation La Musique des sons fixés car il propose un choix entièrement renouvelé d'exemples, qu’à de nouveaux participant·e·s, auxquel·le·s seront rappelées brièvement les notions historiques, esthétiques et techniques de base.

VOIR / ENTENDRE LE CINÉMA : L'AUDIO-VISION

Samedi et dimanche 9 et 10 décembre 2023

de 10h à 13h et de 14h à 17h

Le cinéma, depuis qu'il est sonore, repose non sur une simple addition des sons et des images, mais sur une association dans laquelle les deux s'entrelacent et s'influencent, selon des lois que Michel Chion a mises à jour et décrites dans un ouvrage de référence, traduit dans le monde entier et récemment actualisé, L'Audio-vision.

Cette « audio-vision » n’a pas surgi en un jour, elle a une histoire et une géographie. Partiellement naturelle, fondée sur la connexion des sens chez l'être humain, elle est aussi culturelle, liée aux usages et aux langues des différents pays. Elle évolue avec nos pratiques de spectateurs et notre monde, dans lequel la télécommunication visuelle et sonore prend des formes nouvelles, et où les œuvres audiovisuelles se présentent sous les formes les plus contrastées, son multipiste en salle, écoute au casque devant sa tablette, installations, etc.

A travers un grand nombre d'exemples de tous genres pris dans le cinéma mondial, on explorera :

·     l'histoire et la géographie des pratiques et des formes audiovisuelles, avec leurs aspects techniques et esthétiques ;

·     les effets audiovisuels fondés notamment sur la psychophysiologie : comment l'audiovisuel recrée le temps et l'espace, éveille des émotions, suggère des sensations qui ne sont pas seulement visuelles et sonores ;

·     les effets particuliers de la musique et du sound design ;

·     la porosité entre le cinéma et les autres formes audiovisuelles actuelles : télévision, jeux vidéo, installations, etc.

Il sera proposé aux participants d'apporter des extraits sonores et musicaux de leur choix, voire leurs propres réalisations, pour tester les relations audiovisuelles par des exemples vivants et spontanés.

Cette formation s’adresse à toute personne concernée par le rapport images/sons et dans l’audiovisuel - le cinéma mais aussi les autres genres -, souhaitant approfondir son expérience personnelle ou professionnelle en complétant ses connaissances pour développer sa pratique de création, de médiation ou de transmission.

LIEU DE FORMATION : 5-rue Barbette 75003 Paris

INFORMATIONS : Facebook Acoulogia ; Facebook Michel Chion ; www.michelchion.com

INSCRIPTIONS : acoulogia@orange.fr

FRAIS DE PARTICIPATION : 175 € (12 heures)