Course

LE CINÉMA ET L'AUDIOVISUEL FACE À LA QUESTION DES LANGUES

 

UNE NOUVELLE SESSION DE CE STAGE SERA PROGRAMMÉE AU QUATRIÈME TRIMESTRE 2023


Samedi de 14h00 à 17h00 et de 18h00 à 21h00

Dimanche de 10h à 13h et de 14h à 17h.


Cette formation a pour objectif de sensibiliser à la problématique du multilinguisme dans les œuvres audiovisuelles et cinématographiques, de montrer la diversité des options de réalisation possibles. Comment l'internationalisme se confronte-t-il à la question aujourd'hui très discutée de l'universalisme ? C'est un des enjeux de cette formation, qui s’adresse à toute personne souhaitant approfondir son expérience en complétant ses connaissances à des fins personnelles ou professionnelles, pour développer sa pratique de création, de médiation et de transmission.

Le cinéma a toujours été international. Même quand il était muet, il comportait des dialogues et des textes. Ainsi, la question de la langue y a toujours été cruciale ; mais elle l'est devenue plus encore avec le parlant. Soit à cause du doublage et du sous-titrage, soit parce que le film fait entendre plusieurs langues. Dans un souci de vérité historique, les films bilingues et plurilingues (en incluant les langues des signes) se multiplient d'ailleurs depuis 30 ans, mettant en scène des personnages qui ne se comprennent pas toujours les uns les autres, tandis que le sous-titrage permet au spectateur de les comprendre tous.

Quand faut-il sous-titrer ou ne pas sous-titrer ? Quels sont les critères et les contraintes des doublages ? Quel sens cela a-t-il en 2019, comme Terrence Malick dans Hidden Life, de faire parler anglais des paysans autrichiens au temps du nazisme ? Ou faut-il, comme Christian Mungiu dans R.M.N., 2021, ou Park Chan-wook dans Mademoiselle, 2016, coder par des couleurs différentes les sous-titres selon la langue qu'ils traduisent ? L'objet de cette formation est de sensibiliser à cette question en illustrant différentes options. À travers un parcours historique, un grand nombre d'exemples vivants tirés de films anciens ou nouveaux, associé à de nombreux documents fournis aux participants, on pourra voir l'importance humaine, sociale, historique, et bien sûr dramatique et esthétique de la question des langues au cinéma.

Depuis toujours intéressé par cette question, Michel Chion lui a consacré une partie de son enseignement universitaire (Paris III, Université de Montréal). Cette formation s'inscrit dans le travail qu'il poursuit sur l'histoire du cinéma comme art verbal (voir ses ouvrages Le Complexe de Cyrano, la langue parlée dans les films français, 2008, et L'écrit au cinéma, 2013).

Informations pratiques

Inscriptions : par mail adressé à acoulogia@orange.fr

Participation : 150€ (12h).


Lieu de formation : 5, rue Barbette, 75003 Paris